Skip to main content
main-content

Tipp

Weitere Artikel dieser Ausgabe durch Wischen aufrufen

28.09.2020 | Originalien | Ausgabe 3/2020 Open Access

Urologie in der Praxis 3/2020

Recommandations sur la prise en charge du cancer du pénis

Zeitschrift:
Urologie in der Praxis > Ausgabe 3/2020
Autor:
Elisabeth Grobet-Jeandin
Wichtige Hinweise
Supervision : Astrid Roosendaal (médecin cheffe de clinique), Service d’urologie, Hôpitaux Universitaires de Genève, Genève 14, Suisse. Professeur Christophe Iselin (médecin chef de service), Service d’urologie, Hôpitaux Universitaires de Genève, Genève 14, Suisse

Note de l‘éditeur

Springer Nature conserve une position neutre en ce qui concerne les revendications juridictionnelles dans les cartes géographiques et les affiliations institutionnelles figurant dans ses publications.

Résumé

Le cancer du pénis est une pathologie relativement rare dans nos régions qui est souvent associée à une infection à HPV. Il se manifeste par une lésion de la verge, distale dans la majorité des cas. L’examen clinique local est essentiel pour réaliser le staging local, déterminant pour le bilan pré-opératoire. Le statut ganglionnaire inguinal doit également être systématique, étant donné que l’atteinte ganglionnaire est le facteur pronostic principal de la maladie.
Le traitement du cancer du pénis étant essentiellement chirurgical, il convient d’adresser tout patient présentant une lésion suspecte de tumeur de la verge à un urologue, pour que ce dernier réalise une biopsie avant d’envisager le traitement. Par la suite, la chirurgie sera le plus conservatrice possible. L’obtention de marges de résections négatives est impérative. Il existe plusieurs techniques de curage ganglionnaire (curage inguinal modifié, lymphadénectomie inguinale totale) qui sont appliquées selon le risque et le stade TNM (tumor, node, metastasis).
Le suivi post-opératoire est essentiellement clinique et comprend l’auto-examination régulière de la verge ainsi que des ganglions inguinaux, en association avec des visites médicales régulières jusqu’à cinq ans post-opératoires.
Literatur
Über diesen Artikel

Weitere Artikel der Ausgabe 3/2020

Urologie in der Praxis 3/2020 Zur Ausgabe

Editorial

Editorial

Editorial

Éditorial